Pêche Dans la Rivière Godbout

Le littoral laurentien est fréquenté online casino bonus ohne einzahlung sofort amérindiens qui seront inclus dans l’ensemble montagnais-naskapi désigné actuellement par le terme innu ; sur le front atlantique, se retrouvent les groupes auxquels on réserve le nom 50 freispiele ohne einzahlung book of dead, les ançêtres des actuels Inuit. »

Vers 1850, 25 familles Innus habitaient la région de Godbout.

Auparavant, les Montagnais (Innus) s’accommodaient avec la Compagnie de la Baie d’Hudson pour la pêche au saumon. Les Innus pêchaient à l’embouchure de la rivière, et la Baie d’Hudson ne voyait pas d’inconvénient que les Innus pêchent à leur guise. Vers 1820, les Montagnais toléraient également les pêcheurs établis dans la partie orientale de la côte. Le saumon était exploité le long du littoral et non dans les rivières. Leurs activités n’entraient donc pas en conflit avec celles des Amérindiens. La meilleure offre pour les joueurs https://777spinslot.com/minimum-deposit-casinos/. Allez. Chances de gagner augmentées !

Cette situation va changer dès lors que le gouvernement en place décide de valoriser les pêcheries de la Côte-Nord qui étaient exploitées par les étrangers.

Les Innus sont alors forcés de partir. Ils avaient perdu l’accès à la rivière Godbout, principale source d’alimentation. Chasseurs et pêcheurs, ils quittèrent Godbout vers d’autres endroits, particulièrement la réserve Betsiamites.

La rivière et la pêche au saumon étaient dorénavant administrées par un employé de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Theodule Savard et par la suite, le fils d’un autre employé de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Napoléon Alexandre Comeau.
Pour en savoir davantage sur les Innus, visitez le Musée Innus

La population des salmonidés menacée

En 1852, le gouvernement légifère pour abolir les privilèges de la Compagnie de la Baie d’Hudson dans le domaine du Roy et ouvre tout le territoire de la Côte-Nord au développement de la population. S’ensuit une véritable ruée de pêcheurs canadiens venus exploiter sans restriction les ressources maritimes et fluviales de la côte. La pêche au saumon devient démesurée.

La compétition devient de plus en plus forte pour le saumon tant et si bien qu’une diminution de la population fait en sorte que le gouvernement doit redresser la situation en votant en 1857 et 1858, des lois pour gérer les rivières.

Saviez-vous que ?

L’Acte des Pêcheries prescrit la construction de passes à saumon sur les rivières barrées par des moulins à scie et restreint la saison de pêche de même que les méthodes de capture du saumon.

Les contrevenants sont soumis à des amendes voire la prison.

Quiz

Comment le gouvernement tire-t-il des revenus de l’exploitation des rivières ?

Les Montagnais tentent désespérément d’empêcher la location de leurs rivières à saumon.En 1857, ils envoient une pétition au gouverneur général réclamant la reconnaissance de leurs droits ancestraux sur les rivières Betsiamites et Godbout, Moisie et St-Jean.

Comment les fonctionnaires des Pêcheries expliquaient la baisse de productivité des rivières à saumon ?Par quelle congrégation religieuse sont-ils soutenus dans la défense de leurs droits de pêche ?Quelle était en réalité le bienfondé de cet accord ?Qui a prôné cette approche et pour quelle raison ?Pour quelle raison ?Ces allocations permettent l’achat de denrées essentielles, lesquelles ?

Les Montagnais d’aujourd’hui continuent d’évoquer cette entente séculaire quand on leur reproche «leur dépendance» envers le gouvernement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *